S K I N

Capture d’écran 2021-10-08 à 10.47.34.png

C O L L E C T I F   S C A L E
É D O U A R D   F E R L E T

Film SKIN réalisé en collaboration avec le Collectif Scale et Édouard Ferlet.

Il s'agit pour nous de la première pierre d'un projet expérimental à travers lequel nous cherchons le point de rencontre entre corps robotique et corps vivant. Au coeur d'un dispositif simple, épuré, nous voulions constater la poésie qui peut s'échapper de ce dialogue. Quand l'un se rapproche de l'homme et l'autre de la machine. C'est de cette manière que Édouard Ferlet à composé la musique. Ce titre s'appelle SKIN, morceau à retrouver sur son nouvel album Pianoïd.

PRODUCTION LABEL MÉLISSE

CO-PRODUCTION ET RÉALISATION COLLECTIF SCALE

CHORÉGRAPHIE ET INTERPRÉTATION JULIEN GAILLAC

MUSIQUE ÉDOUARD FERLET / ALBUM PIANOÏD

Avec le soutien du Centre des Arts d'Enghien-les-Bains.

Capture d’écran 2021-10-14 à 19.01.49.png

Le Collectif Scale est un groupe de créatifs dont les recherches et les propositions artistiques sont depuis plusieurs années orientées sur les interactions possibles entre différent médiums : la musique (Chloé, Lucie Antunes), l’architecture lumineuse ou le mouvement cinétique. Pour ce film, ils ont proposé au chorégraphe danseur, Julien Gaillac, une collaboration en le confrontant à un bras robotisé. L’un tente de reproduire les gestes de l’autre et inversement. L’homme devient précis, mécanique tandis que la machine, elle, tente de s’assouplir avec légèreté. Les deux compagnons engagent alors un duo à l’unisson, organique et poétique. 

Cette vidéo est la parfaite illustration visuelle du projet musical de Pianoïd, un duo entre le pianiste Edouard Ferlet et une machine pilotant un second piano. Un solo augmenté par un être virtuel qui décuple le champ des possibles.Une variation sur l’éternel rapport homme/machine et ses possibilités qu’Edouard Ferlet résume ainsi : « L’homme a créé des robots pour reproduire son geste. Avec Pianoïd, j’utilise la phrase robotique pour m’inspirer, et aller vers l’inimaginable (…) La machine prend vie et me surprend. La musique devient alors un dialogue organique. »